Actualités/Astuces/Bien être/Lifestyle/Manger

Le régime Cétogène… céto-quoi ?

Le régime Cétogène fait sensation en ce moment. Selon certaines études, ce type d’alimentation permettrait de réduire les infections cérébrales et donc éviter les accidents cérébraux (les AVC), d’apaiser les douleurs liées aux maladies chroniques mais aussi de prévenir l’apparition du diabète notamment grâce à l’apport faible en sucre de ce régime. Un régime pauvre en glucides qui fait penser aux régimes Paléo et Atkins mais avec le régime Keto (de son nom anglais Ketogenic) on fait plutôt focus sur les bons gras, on limite les protéines et on évite les glucides. Un régime miracle ? Je fais le point avec vous.

Comment ?

Le régime cétogène se réfère à la cétose, un état où l’organisme va, en l’absence de glucides, puiser dans les matières grasses pour fabriquer de petites molécules appelées cétones ou corps cétoniques qui vont alors servir d’énergie. « Il s’agit de pousser l’organisme à fabriquer sa propre énergie à partir du gras », résume Magali Walkowicz, diététicienne-nutritionniste. En somme, on change de carburant : du mode glucides on passe en mode lipides.

Comme une grande quantité de lipides est ingérée chaque jour, il est important de se soucier du type de gras. Il est conseillé de limiter la consommation d’acide gras oméga-6 qui en excès, ont un effet pro-inflammatoire. Les principales sources d’oméga-6 sont les huiles de soya, maïs, carthame, pépins de raisins, tournesol et germe de blé. On évite donc les sauces à salade, vinaigrettes et mayonnaises à base de ces huiles. La consommation de gras mono-insaturés (huile d’olive, avocat, noix) et de gras saturés (coupes de viande grasse, produits laitiers riches en matières grasses) est davantage conseillée. L’utilisation de l’huile de coco est également recommandée car elle contient des gras qui sont facilement transformés en corps cétoniques.

Pour qui ?

Comme la plupart des régimes et diètes, tout le monde peut « essayer ». Il faut savoir néanmoins qu’à l’origine, le régime cétogène est à usage médical. L’état de cétose présente en effet des vertus thérapeutiques utilisées depuis longtemps chez les enfants épileptiques et, plus récemment, chez les patients atteints d’Alzheimer, de Parkinson mais aussi de certains cancers. Pourquoi ? Tout simplement parce que les cellules cancéreuses, qui ont besoin de s’alimenter à l’instar de toutes les cellules, sont incapables de se nourrir des cétones, d’où l’idée d’adopter ce régime pour les « affamer ».

La diète cétogène sort peu à peu de ce cadre thérapeutique et certains diététiciens l’utilisent dans un but minceur. L’intérêt : sortir du cercle infernal du yoyo de la glycémie, générateur de fringales, et du stockage des graisses, et brûler un max de graisses.

Les risques ?

Les apports élevés en gras et en protéines amènent rapidement un sentiment de satiété entrainant des effets secondaires tels que les nausées, la fatigue et des maux de tête. Néanmoins, ces effets secondaires ne seraient que transitoires, le temps que le corps s’adapte à utiliser les lipides plutôt que les glucides. Autre difficulté, le peu de diversité et de choix d’aliments car de nombreux groupes alimentaires sont à éviter. Il est donc compliqué d’aller au restaurant, par exemple.

Il est à noter que certains effets secondaires peuvent persister même après la période de transition comme l’hypoglycémie (baisse du taux de sucre dans le sang), une déshydratation ainsi qu’une augmentation du risque de lithiases urinaires et de la constipation. Un supplément de fibres est vivement conseillé lorsqu’on veut suivre ce régime, notamment du au faible contenu en fruits, légumineuses et produits céréaliers. 

Last not least, le régime cétogène étant très riche en gras, de nombreuses inquiétudes persistent quant à leur potentiel impact négatif sur le risque cardiovasculaire. Par contre, selon une étude datant de 2013, le régime cétogène permettrait d’engendrer une perte de poids supérieure à un régime faible en gras mais aurait aussi un impact positif sur la pression artérielle, les taux de cholestérol HDL (bon cholestérol) et les triglycérides sanguins…

Note : Avant de débuter un régime quelqu’il soit, je vous conseille de consulter un médecin ou un nutritionniste. Tous les différents types de régimes ne conviennent pas à tous le monde et il en va de votre santé. 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s